Une greffe… pas banale !

Autre méthode, qui pourrait bien s’avérer prometteuse : la transplantation de microbiote fécal (TMF), ou greffe de selles16. Réservée pour l’heure à une seule indication très éloignée de l’obésité (l’infection récidivante à Clostridium difficile), elle consiste en l’occurrence à transférer les micro-organismes contenus dans les selles d’un donneur affichant un IMC normal chez un receveur obèse pour « corriger » sa flore17.

L’intérêt de la démarche est actuellement étudié par plusieurs équipes de recherche, qui scrutent à la loupe ses effets sur le rééquilibrage du microbiote intestinal, le comportement alimentaire et la bonne utilisation des ressources énergétiques au regard des calories ingurgitées17.

16 Lee P et al. Gut microbiota and obesity: An opportunity to alter obesity through faecal microbiota transplant (FMT). Diabetes Obes Metab. 2019;21(3):479-490.
17 Micro-organismes vivants (bactéries, levures) qui, lorsqu’ils sont ingérés en quantité suffisante, ont un effet bénéfique sur la santé de l’hôte. On en trouve dans les aliments fermentés (yaourt, kéfir, choucroute…), sous forme de médicaments ou de compléments alimentaires.