Le microbiote : un réseau bien connecté pour votre santé !

Les dernières recherches scientifiques laissent penser que notre microbiote forme un réseau interconnecté entre intestins, poumons, peau, bouche, voies urinaires et génitales. En communiquant, ces écosystèmes influenceraient grandement notre santé et l’apparition de maladies.

Publié le 29 novembre 2021
Mis à jour le 17 décembre 2021

A propos de cet article

Publié le 29 novembre 2021
Mis à jour le 17 décembre 2021

Bien que le plus connu, le microbiote intestinal n’est pas le seul de nos microbiotes. Bien d’autres écosystèmes microbiens se nichent au cœur de nos organes, et ces microbiotes occupent bien souvent l’une des premières places des publications scientifiques et médias. A chaque nouvelle étude parue, leur action sur notre santé parait plus décisive. Plongée au cœur de ce vaste « réseau ». 

Le microbiote humain : une communauté de micro-organismes…

Le microbiote humain est l’ensemble des micro-organismes – bactéries principalement, mais aussi virus et champignons – qui peuplent notre corps. La très grande majorité (70%) se trouve dans le système digestif qui abrite ainsi 1.5 kilos de bactéries. Mais cinq autres organes sont également (sidenote: Hôte C’est l’organisme qui fournit le gite et le couvert aux germes qui le colonisent. 
 
)
 du microbiote : la peau, la bouche, les poumons, les voies urinaires et les voies génitales. Les micro-organismes du microbiote sont (sidenote: Symbiotique  En biologie, association étroite de deux ou de plusieurs organismes différents, mutuellement bénéfique. )  ; nous leur fournissons les conditions nécessaires à leur survie et, en échange, ils participent au bon fonctionnement de notre corps (digestion des aliments, protection contre les infections, synthèse de vitamines). C’est du gagnant-gagnant ! Un microbiote équilibré, c’est l’assurance d’être en bonne santé. A contrario, un microbiote déséquilibré est un terrain propice à l’apparition de différentes maladies. On parle alors de dysbiose

… au sein d’un réseau d’écosystèmes interconnectés

En apparence, les écosystèmes du microbiote sont compartimentés dans chacun des six organes hôtes. En apparence seulement… De nombreuses études ont ainsi relevé que le déséquilibre d’un organe peut se répercuter sur les autres. Par exemple, un microbiote intestinal perturbé est associé à certaines maladies de peau (dermatite, psoriasis) et des poumons (asthme, bronchite chronique, cancer), une mauvaise hygiène buccale augmenterait le risque de développer des infections pulmonaires. Les dernières recherches scientifiques suggèrent donc une interconnexion entre ces différents écosystèmes qui formeraient un réseau avec au centre, une pièce maîtresse : l’intestin. Axe intestin-cerveau, intestin-peau, intestin-poumon, intestin-bouche et intestin-foie… L’intestin canaliserait les informations et fait office de relai avec les écosystèmes périphériques.

L’intestin seule tour de contrôle ?

Des études suggèrent que d’autres échanges entre différentes régions du corps ont lieu sans que l’intestin soit impliqué comme l’axe poumon-bouche ou d’autres liés à leur proximité anatomique le microbiote urinaire influencerait le microbiote des voies génitales. Ainsi l’ensemble du microbiote réparti dans les six organes formerait ainsi un réseau en communication constante, influençant grandement notre état de santé.

Des perspectives prometteuses pour la recherche et la médecine

La recherche sur le microbiote n’en est qu’à ses débuts. Pour confirmer l’hypothèse d’un réseau interconnecté autour du système digestif et entre les organes, d’autres recherches étudiant le microbiote dans sa globalité sont nécessaires. Néanmoins, les applications en médecine semblent prometteuses : en rétablissant l’équilibre d’un écosystème, on pourrait modifier celui d’un autre organe malade, ouvrant sur des stratégies de soin novatrices.

en_view en_sources