Chirurgie de l’obésité : quel impact sur le microbiote intestinal ?

En court-circuitant l’estomac ou en en retirant une partie, la chirurgie de l’obésité modifierait considérablement le microbiote intestinal. Mais l’impact dépendrait de la technique utilisée.

 

La prévalence mondiale de l'obésité a presque triplé entre 1975 et 2016* et constitue un véritable problème de santé publique. La chirurgie bariatrique est, à ce jour, la meilleure stratégie pour entraîner une perte de poids durable chez les patients souffrant d’obésité morbide**, avec un taux de succès à 5 ans supérieur à 66 %. Elle repose principalement sur deux techniques, d’efficacité comparable : le court-circuit gastrique (ou plus exactement la dérivation gastrique Roux-en-Y par laparoscopie), et la Sleeve gastrectomie, qui consiste à retirer les 2/3 de l’estomac. Quelles sont les conséquences de ces interventions sur l’écosystème bactérien ? Les deux approches sont-elles équivalentes ?

Un microbiote intestinal enrichi et diversifié

Pour le savoir, des chercheurs ont comparé deux groupes d’une centaine de patients, l’un ayant subi un court-circuit gastrique, l’autre une Sleeve gastrectomie. Six mois après, ils ont observé un enrichissement et une hausse notable de la diversité bactérienne chez l’ensemble des participants, dont 40 % étaient communes aux deux approches ; parmi elles, Akkermansia muciniphila - connue pour être négativement associée à l’obésité - ainsi que certaines protéobactéries comme Escherichia coli, soupçonnée d’influencer à la fois l’appétit et le métabolisme après la chirurgie. En revanche, seul le court-circuit gastrique s’est accompagné d’un appauvrissement en Faecalibacterium prausnitzii, une espèce associée à certains troubles métaboliques et aux maladies inflammatoires de l’intestin.

Le court-circuit gastrique plus impactant

Les deux approches se sont, par ailleurs, traduites par la hausse des systèmes de transport de la vitamine B12, B1, du manganèse, du fer et du zinc, suggérant une augmentation de l’utilisation de ces nutriments par les bactéries. À tous les niveaux, l’impact du court-circuit gastrique était plus important que celui de la Sleeve gastrectomie, soulignent les auteurs. Ils estiment toutefois qu’un recul de 3 à 5 ans sera nécessaire pour établir l’intérêt clinique de ces découvertes, en vue d’orienter préférentiellement les patients vers l’une ou l’autre des deux approches.

 

*https://www.who.int/news-room/fact-sheets/detail/obesity-and-overweight

** l’Obésité morbide est définie par un indice de masse corporelle (IMC) >40 https://obesitymedicine.org/what-is-morbid-obesity/

 

Sources :

Farin W, Oñate FP, Plassais J, et al. Impact of laparoscopic Roux-en-Y gastric bypass and sleeve gastrectomy on gut microbiota: a metagenomic comparative analysis [published online ahead of print, 2020 Mar 20]. Surg Obes Relat Dis. 2020;S1550-7289(20)30132-5. doi:10.1016/j.soard.2020.03.014