Le trouble de déficit de l’attention associé à une altération du microbiote intestinal

Une altération du microbiote intestinal pourrait être impliquée dans le développement du trouble de déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité (TDAH), selon une étude chinoise qui soutient l’hypothèse d’un rôle des micro-organismes intestinaux dans les maladies psychiatriques.

 

Le trouble de déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) est un trouble du développement neurologique qui apparaît dans l’enfance. Ses causes sont encore mal connues, mais on soupçonne l’implication de facteurs de risque environnementaux comme l’exposition in utero aux antibiotiques ou l’accouchement par césarienne : deux évènements qui ont en commun d’altérer la mise en place précoce du microbiote intestinal chez l’enfant. Pour l’heure, aucune étude n’a toutefois porté sur le lien éventuel entre TDAH et composition du microbiote intestinal, dont le rôle dans certaines maladies psychiatriques (schizophrénie, trouble bipolaire, dépression) a été démontré.

Un microbiote intestinal différent

Des chercheurs chinois ont donc tenté de déterminer si le microbiote intestinal de patients souffrant de TDAH était différent de celui de personnes indemnes de ce trouble, et si les différences étaient associées à des symptômes de la maladie. Les selles de 83 enfants (51 TDAH et 32 sains) ont été recueillies pour comparaison des microbiotes intestinaux. S’ils n’ont pas observé de différence en termes de diversité microbienne, les chercheurs ont constaté que trois genres bactériens - dont Faecalibacterium - étaient nettement moins abondants chez les enfants diagnostiqués TDAH que chez les enfants sains. Menant plus avant leurs investigations et sur la foi des informations rapportées par les parents, ils ont conclu que moins le microbiote intestinal était riche en Faecalibacterium, plus les symptômes de la maladie étaient prononcés.

Faecalibacterium, nouveau marqueur du TDAH ?

Ces résultats complètent ceux d’autres travaux établissant un lien entre un faible taux de Faecalibacterium et divers troubles psychiatriques (dépression, trouble bipolaire) ainsi que certains autres portant sur la population adulte atteinte de TDAH, laquelle présenterait un taux accru de certaines bactéries. Pour les auteurs, cette nouvelle étude confirme le rôle du microbiote intestinal dans le développement des troubles psychiatriques. Faecalibacterium, en particulier, pourrait représenter un nouveau marqueur du TDAH si son rôle dans la maladie était confirmé à l’avenir.

 

Sources :

Jiang et al. Gut microbiota profiles in treatment-naïve children with attention deficit hyperactivity disorder. Behavioural Brain Research 347 (2018) 408–413