Microbiote du cuir chevelu : mets de l'huile (de coco) !

Qui n’a jamais eu de pellicules sur le col de son pull, les épaules de sa chemise ? Ces petits flocons particulièrement tenaces et inesthétiques constituent un trouble chronique du cuir chevelu très répandu. Une étude récente montre que l'huile de noix de coco aide au maintien d'un cuir chevelu sain en agissant favorablement sur son microbiote.

A peine époussetées, elles reviennent aussitôt. Qui ? Les pellicules pardi ! Affection cutanée caractérisée par une desquamation excessive du cuir chevelu, avec ou sans démangeaisons, les pellicules impliquent plusieurs facteurs : une susceptibilité génétique, la composition du sébum et le microbiote du cuir chevelu. C’est un champignon nommé Malassezia qui accélèrerait le développement des pellicules et de l’inflammation. Bien qu’efficaces contre ce champignon, les antifongiques n’empêchent pas la réapparition des pellicules après l’arrêt du traitement. Dans les pays d'Afrique et d'Asie, notamment en Inde, on utilise l'huile de coco est pour maintenir la santé du cuir chevelu, hydrater la peau et renforcer sa fonction barrière. Dans cette étude, les chercheurs ont comparé l’impact d’une application d'huile de coco versus un shampoing neutre sur le microbiote bactérien et fongique du cuir chevelu de 140 femmes avec ou sans pellicules.


Pellicules : un champignon spécifique sur la tête ?


Dans le cuir chevelu des femmes avec des pellicules, on retrouvait des populations de champignons Malassezia beaucoup plus importantes. A contrario, une autre espèce de champignons, M. globosa, colonisait en abondance le cuir chevelu des femmes qui ne présentaient ni pellicules ni démangeaisons. Le traitement à l'huile de noix de coco a permis d’augmenter la proportion M. globosa par rapport aux autres groupes de Malassezia, vers un ratio similaire aux cuirs chevelus en bonne santé.


De l’huile de coco dans le moteur de votre cuir chevelu ? 


Bien qu’aucune différence significative n'ait été observée entre le microbiote bactérien du groupe sain et celui présentant des pellicules, le traitement à l’huile de coco a permis, dans les deux groupes, une augmentation des bactéries impliquées dans le métabolisme de la biotine. Cette vitamine B est essentielle au maintien d’une peau et d'un cuir chevelu en bonne santé. Elle est également connue pour réduire l’inflammation. Des études complémentaires s’avèrent nécessaires pour comprendre les mécanismes sous-jacents mais pour les chercheurs l’effet positif de l'huile de coco sur la composition et la fonction des communautés microbiennes serait la première étape vers une restauration à plus long d'un cuir chevelu sain.

Sources:

Saxena, R., Mittal, P., Clavaud, C. et al. Longitudinal study of the scalp microbiome suggests coconut oil to enrich healthy scalp commensals. Sci Rep 11, 7220 (2021). https://doi.org/10.1038/s41598-021-86454-1