Grand
Public
Accès
Pro

Diabète de type 2

Le diabète est une maladie chronique liée à un dysfonctionnement de la production ou de l'utilisation de l'insuline, hormone qui régule la glycémie. Parmi les facteurs environnementaux en cause, le microbiote intestinal serait pointé du doigt.

En 2015, 415 millions de personnes souffraient d'un diabète. Selon les prévisions de l'OMS, elles seront 642 millions en 2040. Dans 90 % des cas, il s'agit d'un diabète de type 2.

L'insulinorésistance, principale cause du diabète de type 2

La principale cause de diabète de type 2 est la baisse de sensibilité des cellules de l'organisme à l'insuline. Cette insulinorésistance conduit à l'inefficacité de l'hormone et incite le pancréas à en produire davantage, jusqu'à épuisement. Le sucre s'accumule alors dans le sang, provoquant une hyperglycémie et des complications graves à long terme : infarctus du myocarde, AVC, artérite des membres inférieurs, insuffisance rénale, cécité. 

Implication du microbiote intestinal ?

S'il existe une prédisposition génétique au diabète de type 2, le mode de vie, en particulier la sédentarité et une alimentation trop grasse et trop sucrée, constituent les principaux facteurs de risque de cette maladie. Certains lipides et sucres déclenchent une réponse inflammatoire associée à des désordres métaboliques, lesquels vont à leur tour augmenter le niveau d'inflammation. Un cercle vicieux s'instaure, auquel participerait le microbiote intestinal lorsqu'il est déséquilibré. Des chercheurs ont démontré que le microbiote intestinal des diabétiques était perturbé, et que cette dysbiose contribuait à la maladie. 

Améliorer son hygiène de vie

Le traitement du diabète repose avant tout sur une hygiène de vie correcte : perte de poids si nécessaire, activité physique régulière et alimentation équilibrée. Il est souvent nécessaire d'y associer des médicaments.
Le rôle de certaines bactéries intestinales et/ou de probiotiques dans le diabète est encore à confirmer, mais leurs effets bénéfiques notamment sur l'appétit et la glycémie ouvriraient la voie au développement de nouvelles cibles thérapeutiques pour cette pathologie qui touche des millions de personnes.

 

Sources :
IDF Diabetes Atlas http://www.diabetesatlas.org/
Diabète de type 2, Inserm, avril 2014 http://www.inserm.fr/thematiques/physiopathologie-metabolisme-nutrition/dossiers-d-information/diabete-de-type-2-dnid
Jin C, Henao-Mejia J, Flavell RA. Innate immune receptors : key regulators of metabolic disease progression. Cell Metab 2013 ; 17 : 873-82
Cani PD, Amar J, Iglesias MA, et al. Metabolic endotoxemia initiates obesity and insulin resistance. Diabetes 2007 ; 56 : 1761-72
Cani PD, Neyrinck AM, Fava F, et al. Selective increases of bifidobacteria in gut microflora improve high-fat-diet induced diabetes in mice through a mechanism associated with endotoxaemia. Diabetologia 2007 ; 50 : 2374-83.
Backhed F, Ding H, Wang T, et al. The gut microbiota as an environmental factor that regulates fat storage. Proc Natl Acad Sci USA 2004 ; 101 : 15718-23.
Serino M, Luche E, Gres S, et al. Metabolic adaptation to a high-fat diet is associated with a change in the gut microbiota. Gut, BMJ Publishing Group, 2012 ; 61 : 543-53. https://hal.archives-ouvertes.fr/inserm-00726182/document
Turnbaugh PJ, Backhed F, Fulton L, Gordon JI. Diet induced obesity is linked to marked but reversible alterations in the mouse distal gut microbiome. Cell Host Microbe 2008 ; 3 : 213-23.