Greffe fécale : l’alternative bienvenue des gélules orales

Le mode d’administration pour une transplantation fécale impacte-t-il son efficacité ? Pour répondre à cette question et ouvrir la voie à un traitement moins invasif, des chercheurs canadiens ont comparé l’efficacité d’un traitement par gélules orales à celle obtenue par coloscopie, classiquement utilisée pour prévenir les rechutes d’une infection à Clostridium difficile.

 

Le plus souvent bénigne, l’infection causée par la bactérie C. difficile peut s’avérer très dangereuse, voire mortelle dans certains cas. Elle touche notamment des personnes déjà malades aux défenses immunitaires diminuées, faisant des établissements de santé un terrain propice à sa propagation. Cette infection provoque des diarrhées parfois très intenses et peut récidiver plusieurs fois malgré les antibiothérapies, auxquelles la bactérie devient résistante.

Greffe fécale, mais comment ?

Fort heureusement, la transplantation de microbiote fécal permet de traiter ces infections récidivantes dans près de 90% des cas. Cette technique ancienne, récemment validée scientifiquement, consiste à introduire les selles d’un donneur bien portant dans le tube digestif d’un patient malade pour rééquilibrer sa flore intestinale. Des chercheurs canadiens de l’Université d’Alberta ont voulu aller plus loin : comparer le traitement standard réalisé par coloscopie à l’alternative prometteuse des capsules orales. À la clé : une solution a priori bien moins désagréable pour les patients et un gain de confort de vie appréciable.

Une efficacité comparable

105 patients adultes atteints de la forme récidivante de l’infection ont été inclus à l’essai clinique. Objectif : mesurer l’efficacité de la transplantation par voie orale avec l’espoir qu’elle ne soit pas inférieure à celle obtenue par la coloscopie. Les résultats sont excellents pour les deux modes d’administration : dans 96,2% des cas, on constate une prévention des rechutes sur 12 semaines après la transplantation en un traitement unique, sans compter une baisse du taux d’effets indésirables mineurs et un coût par patient près de trois fois inférieur pour la voie orale. Et si l’étude n’a pas mis en évidence de différence en termes de qualité de vie, 2/3 des patients traités par gélules ont qualifié leur expérience de « pas du tout désagréable », contre deux sur cinq avec la coloscopie. Autant de conclusions permettant aux scientifiques d’affirmer que la greffe fécale via l’utilisation de gélules peut désormais avoir sa place dans l’arsenal thérapeutique de lutte contre des infections récidivantes à Clostridium difficile et être une piste de rationalisation des coûts

 

Sources :

Kao D., Roach B., Silva M. et al. Effect of Oral Capsule– vs Colonoscopy-Delivered Fecal Microbiota Transplantation on Recurrent Clostridium difficile Infection / A Randomized Clinical Trial - JAMA November 28, 2017 Volume 318, Number 20