L’avocat, mon partenaire minceur ?

Actu GenPu: L’avocat, mon partenaire minceur ?

Un fruit riche en graisses aux vertus diététiques ? En modifiant notre microbiote intestinal, l’avocat, reconnu pour ses vertus cardiovasculaires, favoriserait l’excrétion des graisses ingérées chez les personnes en surpoids ou obèses.

 

Malgré son taux de graisses et son apport calorique élevés, l’avocat serait un allié minceur. Son secret : sa richesse en fibres et en acides gras mono-insaturés qui accroissent la satiété et réduisent la concentration de graisses dans le sang. Mais comment sa consommation impacte-t-elle les bactéries du microbiote intestinal et les produits issus de la fermentation des aliments ingérés, en particulier chez les personnes obèses ou en surpoids* ?

Un avocat par jour pendant 3 mois

Pour y répondre, des chercheurs ont suivi pendant 12 semaines 157 adultes âgés de 25 à 45 ans, souffrant de surpoids ou d'obésité mais en bonne santé, répartis en deux groupes. Tous devaient consommer une fois par jour, en remplacement du petit-déjeuner, du déjeuner ou du dîner, un repas fourni par les chercheurs : seul celui de l’un des deux groupes contenait un avocat, dont la teneur calorique était compensée dans celui de l’autre groupe. À l’exception de ce fruit, les ingrédients du repas obligatoire étaient similaires à plus de 90 %. Pour les autres repas, les participants avaient pour consigne de conserver leurs habitudes alimentaires en respectant les portions journalières.

Plus de graisses dans les selles, moins dans l’organisme

Résultats : dans le groupe « avocat », l’apport en acides gras mono-insaturés (qualifié de « bon gras ») était supérieur de 20 g, tandis que celui en fibres l’était de 14 g. Les participants avaient également un surplus calorique quotidien de 300 kcal. Pour autant, à l’issue de l’étude, ils n’avaient pas pris un gramme ! Leur microbiote intestinal s’était en revanche diversifié et enrichi en bactéries capables de dégrader les fibres. Leurs selles, quant à elles, contenaient moins d’acides biliaires (des molécules sécrétées par notre système digestif, qui permettent d'absorber les graisses), et plus de graisses. En modifiant le microbiote intestinal, la consommation d’avocat influence le métabolisme de l’hôte et augmente l’excrétion des graisses, concluent les auteurs, qui imaginent déjà de nouvelles approches diététiques pour améliorer la santé des personnes en surpoids ou obèses, de plus en plus nombreuses.

 

*Le surpoids est défini par un indice de masse corporelle (IMC) compris entre 25 et 30 ; l’obésité correspond à un IMC>30

 

Sources :

Thompson S. V., Bailey M.A., Taylor A.M. et al. Avocado Consumption Alters Gastrointestinal Bacteria Abundance and Microbial Metabolite Concentrations among Adults with Overweight or Obesity: A Randomized Controlled Trial. J Nutr 2020;00:1–10.