Le microbiote intestinal, nouveau secret de jouvence ?

Et s’il suffisait de rajeunir notre microbiote intestinal pour conserver certaines de nos capacités cérébrales ? Cette piste est suivie très sérieusement par des scientifiques qui espèrent empêcher ainsi le développement des troubles de la mémoire liés à l’âge.

 

Pertes de mémoire, difficultés à se situer dans l’espace, troubles de l’anxiété... Le vieillissement est souvent associé à un déclin psychologique et cognitif. Or, le microbiote intestinal joue un rôle majeur dans le développement des zones du cerveau dédiées à l’apprentissage et à la mémorisation (notamment l’hippocampe). De là à affirmer que le vieillissement du microbiote entraîne un déclin cognitif via l’axe intestin-cerveau, il n’y a qu’un pas que la science est en passe de franchir...

Des souris jeunes... qui se comportent comme des vieilles !

Pour évaluer cette hypothèse, des chercheurs ont analysé le microbiote intestinal de souris adultes à qui ils avaient greffé des bactéries prélevées soit dans l’intestin de congénères du même âge, soit dans le tube digestif de rongeurs âgés. À l’issue de cette transplantation de microbiote fécal (ou TMF), la composition bactérienne était sensiblement la même, à l’exception de 4 genres bactériens dont l’abondance était nettement réduite chez les rongeurs ayant reçu le microbiote âgé. Chez ces mêmes souris, au niveau de l’hippocampe, l’expression de nombreuses protéines, impliquées dans des fonctions importantes du cerveau comme l’apprentissage et la cognition, a été par ailleurs modifiée.

Des souris qui perdent la mémoire

Les souris ont ensuite été soumises à deux tests - l’un évaluant la capacité à apprendre et à se souvenir d’un parcours dans un labyrinthe, l’autre mesurant leur capacité à se souvenir d’un objet : dans les deux cas, les rongeurs avec un microbiote de vieilles souris ont été moins performants que les autres. En revanche, la greffe de selles « âgées » n’a eu aucun effet sur d’autres aspects du vieillissement, comme l’activité locomotrice et l’anxiété.

Restaurer le microbiote pour freiner le déclin cognitif ?

Le fait que le déclin cognitif induit par la greffe d’un microbiote âgé est similaire au déclin physiologique observé au cours du vieillissement suggère que l’axe intestin-cerveau jouerait un rôle important dans le vieillissement. Pour les auteurs, ces résultats soutiennent les approches thérapeutiques qui visent à restaurer le microbiote intestinal pour améliorer les fonctions cognitives et, par conséquent, la qualité de vie des personnes âgées.

 

Sources : 

D'Amato A, Di Cesare Mannelli L, Lucarini E, et al. Faecal microbiota transplant from aged donor mice affects spatial learning and memory via modulating hippocampal synaptic plasticity- and neurotransmission-related proteins in young recipients. Microbiome. 2020;8(1):140. Published 2020 Oct 1. doi:10.1186/s40168-020-00914-w