Le régime végan, un risque pour la santé ?

Une étude comparative entre des adeptes du régime vegan et des omnivores conclut à l’influence de l’alimentation sur le microbiote salivaire, lequel pourrait être à l’origine de diverses maladies inflammatoires.

 

Alors que l’impact de l’alimentation sur le microbiote intestinal fait l’objet de multiples investigations, celui sur le microbiote salivaire est assez peu étudié. Or plusieurs études épidémiologiques ont établi un lien entre maladie parodontale (destruction des gencives et des os soutenant les dents) d’une part, et diverses maladies cardiovasculaires et métaboliques (obésité, insulinorésistance, diabète de type 2) d’autre part. Leur point commun ? Une inflammation chronique provoquée par la maladie parodontale, qui entraîne la production excessive de toxines. Une hypothèse confirmée par des études chez la souris, qui suggèrent un rôle direct du microbiote salivaire dans le développement des maladies métaboliques et cardiovasculaires, lui-même probablement modulé par le régime alimentaire.

Plus d’espèces associées à la maladie parodontale chez les vegan

À la suite de ces recherches, une équipe danoise a comparé le microbiote salivaire d’omnivores et d’adeptes du régime vegan. Elle a observé des différences, tant au niveau de sa structure que de sa composition. Les écarts portaient sur une trentaine de groupes bactériens ; parmi eux, deux espèces associées à la maladie parodontale étaient surreprésentées chez les vegan. Des analyses plus approfondies ont mis en évidence des différences concernant la diversité des voies métaboliques utilisées par les bactéries, probablement en raison d’une adaptation du microbiote au régime alimentaire, dont la teneur en protéines, produits laitiers et fibres varie considérablement entre vegan et omnivores.

Un lien entre microbiote oral et maladies systémiques

Le fait que la présence de certaines bactéries soit associée à des marqueurs de l’inflammation conforte l’hypothèse selon laquelle il existerait un lien entre microbiote oral et maladies systémiques (maladies inflammatoires touchant plusieurs organes simultanément), remarquent les auteurs. Pour eux enfin, les habitudes alimentaires et certains nutriments contribuent d’une manière générale au façonnage du microbiote salivaire. À ce titre, manger vegan influe sur la flore orale comme le fait tout comportement alimentaire sur le long terme. Un premier pas vers de futures analyses, qui viseront à mettre en lumière les spécificités et les risques éventuels du régime vegan.

 

Sources :

Hansen et al. Impact of a vegan diet on the human salivary microbiota. Nature Scientific Reports (2018) 8:5847, DOI:10.1038/s41598-018-24207-3