Le thé vert, c’est bon pour mon microbiote !

Boire du thé, qu’il soit vert ou noir, préserverait ou aiderait à restaurer l’équilibre du microbiote intestinal, et pourrait ainsi compenser certains aspects de la dysbiose provoquée par l’obésité ou une alimentation riche en graisses, selon les résultats d’une étude... britannique « of course » !

 

Notre microbiote intestinal est dominé par deux groupes de bactéries, les Bacteroidetes et les Firmicutes, selon un ratio relativement stable. Une altération de cet équilibre (dysbiose) ouvre la voie au développement de diverses maladies (inflammatoires, infectieuses) et même à l’obésité. À l’inverse, une composition microbienne équilibrée est un élément-clé du bien-être et de la bonne santé d’un individu. Parmi les principaux artisans de notre flore intestinale, l’alimentation est de loin le plus actif. Mais il semblerait que ce que nous buvons soit tout aussi important.

L’action essentielle des polyphénols

Avec l’eau, le thé est la boisson la plus consommée au monde. Riche en polyphénols, il réduit le nombre de certaines bactéries pathogènes en empêchant leur croissance. Pour déterminer précisément l’ensemble des effets du thé sur les bactéries du tube digestif, deux chercheurs anglais ont passé en revue la littérature scientifique sur le sujet. D’après les résultats, l’ingestion quotidienne de thé vert (entre 400 ml et 1000 ml) modifie favorablement la composition de notre écosystème microbien, entraînant des changements participant au maintien de l’équilibre Bacteroidetes/Firmicutes. En prévenant ainsi une dysbiose, le thé pourrait contrecarrer les effets néfastes de l’obésité ou d’une alimentation riche en graisses, ce qui expliquerait pourquoi sa consommation est associée, dans diverses études, à une perte de poids. Si la majorité des travaux ont porté sur le thé vert, ceux consacrés au thé noir et à d’autres thés moins connus comme le Fuzhuan, le Pu-erh et l’Oolong, révèlent des bienfaits similaires.

Des recherches à poursuivre

Il est désormais nécessaire de comprendre comment les différents thés modifient le microbiote intestinal et quels sont les niveaux de consommation habituels nécessaires chez les adultes en bonne santé et de poids normal. Le rôle de la consommation de thé dans l'atténuation des symptômes de certains troubles gastro-intestinaux mérite également d'être approfondi, estiment les chercheurs.

 

Sources :

Bond Timothy, Derbyshire Emma. Tea Compounds and the Gut Microbiome:Findings from Trials and Mechanistic Studies. Reproductive Health. Nutrients 2019, 11, 2364; doi:10.3390/nu11102364