Grand
Public
Accès
Pro

Maladies du foie

Fortement impliqué dans le développement de certaines maladies du foie, le microbiote intestinal pourrait devenir une cible thérapeutique majeure.

L'alcool et l'obésité, responsables des maladies du foie 

Les maladies du foie (hépatopathies) présentent divers degrés de sévérité, qui vont de la stéatose, bénigne et réversible, au carcinome hépatocellulaire (cancer du foie), en passant par l'inflammation hépatique (NASH), l'hépatite, la fibrose et la cirrhose. Asymptomatiques dans leurs formes peu graves, les hépatopathies peuvent se manifester par un ictère (jaunisse), des nausées, une fièvre, dans leurs formes avancées.

Si l'abus d'alcool est une cause connue d'hépatopathies d'origine alimentaire (maladies alcooliques du foie ou MAF), le surpoids et l'obésité le sont moins. Et pourtant, les stéatopathies métaboliques (ou NAFLD) qu'elles provoquent représentent la première cause d'hépatopathies chroniques dans les pays industrialisés.

La dysbiose intestinale, co-facteur des maladies du foie

Il semble toutefois que ces facteurs de risque ne suffisent pas à eux seuls à induire une hépatopathie. L'existence d'un déséquilibre du microbiote intestinal serait également impliquée. Pour preuve, tous les patients atteints d'une hépatopathie, quelle qu'en soit sa cause, présentent une dysbiose et une altération de la barrière intestinale. Et plus l'atteinte hépatique est grave, plus la dysbiose est importante. 

Probiotiques, prébiotiques et greffe fécale, trois pistes de recherche prometteuses

Le traitement actuel des maladies du foie inclut des règles hygiéno-diététiques (perte de poids et activité physique), associées ou non à des traitements médicaux plus ou moins lourds (médicaments, greffe du foie). 

Le rôle du microbiote ne faisant plus de doutes, sa modification par des prébiotiques, des probiotiques et par greffe fécale constitue une voie de recherche prometteuse à titre préventif et thérapeutique.

 

Sources :
Lemoine M. Stéatopathie métabolique: définition et histoire naturelle. Gastroentérologie Clinique et Biologique. mai 2009 ; Volume 33, n° 5 pages 398-404.
Ley RE, Turnbaugh PJ, Klein S, et al. Microbial ecology: human gut microbes associated with obesity. Nature. 2006 ; 444 : 1022-3.
Zhu L, Baker SS, Gill C, et al. Characterization of gut microbiomes in nonalcoholic steatohepatitis (NASH) patients: a connection between endogenous alcohol and NASH. Hepatology. 2013 ; 57 : 601-9.
Le Roy T, Llopis M, Lepage P, et al. Intestinal microbiota determines development of non-alcoholic fatty liver disease in mice. Gut. 2013 ; 62 : 1787-94.
Henao-Mejia J, Elinav E, Jin C, et al. Inflammasome mediated dysbiosis regulates progression of NAFLD and obesity. Nature. 2012 ; 482 : 179-85.
Bull-Otterson L, Feng W, Kirpich I, et al. Metagenomic analyses of alcohol induced pathogenic alterations in the intestinal microbiome and the effect of Lactobacillus rhamnosus GG treatment. PLoS One. 2013 ; 8 : e53028.
Yan AW, Fouts DE, Brandl J, et al. Enteric dysbiosis associated with a mouse model of alcoholic liver disease. Hepatology 2011 ; 53 : 96-105.
Szabo G. Gut-liver axis in alcoholic liver disease. Gastroenterology 2015 ; 148 : 30-6.