Les prébiotiques

Les prébiotiques sont des fibres non-digestibles du régime alimentaire, qui stimulent de manière sélective au niveau du côlon la croissance des bactéries bénéfiques du microbiote de l’hôte comme les bifidobactéries et les lactobacilles. Parmi les prébiotiques, l'inuline et les fructo-oligosaccharides sont les plus connus d'entre eux.

Publié le 16 octobre 2020
Mis à jour le 30 septembre 2021

A propos de cet article

Publié le 16 octobre 2020
Mis à jour le 30 septembre 2021

Les prébiotiques sont des glucides complexes qui ne sont pas digérés par le haut du tube digestif, mais fermentés dans sa partie terminale par les « bonnes » bactéries présentes dans le côlon. Par conséquent, ils ne constituent pas une source d'énergie pour les cellules de l’intestin mais sont des substrats indispensables à certains (sidenote: Microorganismes Organismes vivants qui sont trop petits pour être vus à l'œil nu. Ils incluent les bactéries, les virus, les champignons, les archées, les protozoaires, etc… et sont communément appelés "microbes". What is microbiology? Microbiology Society.   ) du microbiote, en particulier vaginal et intestinal.


Où trouve-t-on des prébiotiques ?

L’alimentation est la seule source de prébiotiques ; c'est en mangeant que vous nourrissez votre microbiote et influencez ainsi sa diversité et sa composition. Avoir une alimentation variée, privilégiant les aliments riches en fibres, comme les légumes et les fruits frais, représente donc un élément-clé pour préserver l'équilibre de la flore bactérienne.

Les prébiotiques les plus utilisés sont les fructanes, notamment l'inuline, et les fructo-oligosaccharides. Certains aliments en sont particulièrement riches : 

  • les bananes, les oignons et l’ail contiennent des oligosaccharides,
  • les endives, la chicorée et les artichauts contiennent de l'inuline,
  • les légumes secs et les céréales complètes contiennent de l'amidon résistant.


Les prébiotiques, des effets à confirmer

Les prébiotiques représentent un grand potentiel thérapeutique pour les maladies associées à une (sidenote: Dysbiose La « dysbiose » n’est pas un phénomène homogène : elle varie en fonction de l’état de santé de chaque individu. Elle est généralement définie comme une altération de la composition et du fonctionnement du microbiote, provoquée par un ensemble de facteurs environnementaux et liés à l’individu, qui perturbent l’écosystème microbien. Levy M, Kolodziejczyk AA, Thaiss CA, et al. Dysbiosis and the immune system. Nat Rev Immunol. 2017;17(4):219-232. ) , comme les pathologies infectieuses de l'intestin ou les allergies. Néanmoins, tout comme les probiotiques, il sera nécessaire d’identifier le type de prébiotique à utiliser, les dosages, les modalités d’administration et de confirmer leur efficacité. 

Sources
  • Gibson GR, Roberfroid MB. Dietary modulation of the human colonic microbiota: introducing the concept of prebiotics .J Nutr, 1995; 125:1401-12.
  • Scott K, prebiotics http://isappscience.org/prebiotics/
  • Prebiotics: The Concept Revisited. Marcel Robertfroid, J. Nutr., march 2007, vol. 137 n°3 830S-837S
  • Scott, KP. et al. Manipulating the gut microbiota to maintain health and treat disease. Microbial Ecology in Health and Disease, [S.l.], v. 26, feb. 2015. ISSN 1651-2235.
  • Bouchaud G. et al. Maternal exposure to GOS/Inulin mixture prevents food allergies and promotes tolerance in offspring in mice. Allergy, édition en ligne du 1er octobre 2015
  • Inserm http://www.inserm.fr/actualites/rubriques/actualites-recherche/les-prebiotiques-previennent-les-allergies-alimentaires 2015

en_view en_sources