Zoom sur le microbiote intestinal des prédiabétiques

Caractérisé par une glycémie supérieure à la normale mais inférieure à celle du patient diabétique, le prédiabète est la phase souvent annonciatrice d’un diabète déclaré de type 2, une maladie reconnue pour être associée à une flore intestinale en déséquilibre. En étudiant la flore de patients prédiabétiques, des chercheurs danois ont voulu voir s’il existe des marqueurs précoces de la maladie.

 

Pour ne pas biaiser les résultats, l’équipe a choisi d’observer le microbiote intestinal de personnes prédiabétiques non-traitées : en effet, alors que le microbiote intestinal peut être utilisé chez les patients diabétiques comme outil diagnostique et de personnalisation des traitements, de récentes données suggèrent que la metformine (un antidiabétique couramment prescrit aux 415 millions de malades concernés dans le monde) modifie la composition et la fonction de la flore intestinale.

Un microbiote déjà anormal...

Après comparaison de 134 personnes en bonne santé au même nombre d’individus prédiabétiques, en surpoids, insulinorésistants, ayant une inflammation de bas grade (de faible niveau ou sans symptôme) et des taux de lipides trop élevés dans le sang, le verdict est tombé : le microbiote intestinal des participants prédiabétiques est déjà en déséquilibre (appelé dysbiose), comme en témoigne l’appauvrissement bactérien observé, en Clostridium et Akkermansia muciniphila notamment. Deuxième étape : procéder à des greffes fécales (transfert de microbiote d’un donneur vers le tube digestif d’un receveur) pour voir si la flore altérée des patients prédiabétiques induit un taux anormal de glucose dans le sang. Mais en l’absence de données probantes sur ce point, le rôle du microbiote intestinal dans l'émergence du diabète de type 2 méritera d’être précisé ultérieurement.

… et corrélé à un syndrome métabolique

Autre résultat à approfondir : certaines bactéries présentes exclusivement chez les personnes malades ont été reliées, par le passé, à des maladies chroniques comme les maladies inflammatoires de l'intestin, la dermatite atopique et l’adénome colorectal. Des éléments, estiment les chercheurs, en faveur d’une signature microbienne associée à l’inflammation de bas grade. Pour eux, ces éléments confirmeraient par ailleurs l’hypothèse selon laquelle un microbiote intestinal perturbé pourrait induire l’apparition de certaines maladies chez des personnes prédisposées génétiquement.

 

Sources :

Allin K. H., Tremaroli V., Caesar R. et al ; Aberrant intestinal microbiota individuals with pre diabetes ; Diabetologia.