Antibiorésistance : une menace mondiale, une réponse globale

A terme, elle pourrait menacer un siècle de progrès médical.1 Véritable bombe sanitaire à retardement, la résistance antimicrobienne est dans le viseur de l’OMS qui organise chaque année, depuis 2015, la Semaine mondiale pour un bon usage des antimicrobiens (18-24 novembre). L’Institut du Microbiote participe activement à cette initiative avec, pendant tout le mois de novembre, la diffusion et le partage de contenus exclusifs sur l’impact des antimicrobiens sur le microbiote intestinal. Tour d’horizon. 

Publié le 29 octobre 2021
Mis à jour le 22 février 2022

A propos de cet article

Publié le 29 octobre 2021
Mis à jour le 22 février 2022

Côté pile, une extraordinaire découverte scientifique qui permet de sauver des millions de vies. Côté face, un usage excessif et parfois inadapté qui peut faire émerger de nombreuses résistances chez les microorganismes (que ce soit les bactéries, virus, parasites, champignons). Conséquence, les antimicrobiens, conçus pour guérir, sont de moins en moins efficaces et à terme, si aucune mesure n’est engagée, risque de ne plus parvenir à nous soigner contre les infections. 

Les résistances aux antimicrobiens seraient ainsi responsables, chaque année, de près de 700 000 décès dans le monde2.  Si rien ne change, les maladies infectieuses pourraient devenir, en 2050, une des premières causes de mortalité dans le monde, en provoquant jusqu’à 10 millions de morts2.

700,000 La résistance aux antimicrobiens deviendrait responsable de près de 700 000 décès annuels dans le monde

Face à ce fléau, l’OMS organise la riposte mondiale. Depuis 2015, du 18 au 24 novembre, elle organise la Semaine mondiale pour un bon usage des antimicrobiens qui s’évertue à mieux faire connaître ce phénomène mondial et à encourager le grand public, les professionnels de santé et les décideurs à adopter un usage raisonné des antibiotiques afin d’éviter que l’antibiorésistance ne gagne du terrain. 

Véritable carrefour de connaissances dédié au microbiote, l’Institut du Microbiote est un partenaire actif de l’événement depuis 2020. Tout au long du mois de novembre, l’Institut vous invite, via des articles, actualités mais aussi vidéos d’experts, à découvrir les conséquences à moyen, long terme des antibiotiques sur le microbiote humain. Un exemple ? Prenez les antibiotiques. Malgré leur efficacité reconnue contre les bactéries (et inutiles en cas d’infection virale)3, ils perturbent l’équilibre au sein de notre microbiote intestinal. Ce déséquilibre, plus connu sous le nom de dysbiose, est associé à certains troubles bien connus, tels que la diarrhée associée aux antibiotiques. Mais ce n’est pas tout ! La prise d’antibiotiques est également soupçonnée d'augmenter le risque de plusieurs maladies chroniques (allergies, asthme, obésité, maladies inflammatoires chroniques de l’intestin…), et ceci particulièrement s’ils sont prescrits tôt dans l’enfance. Peut-on y remédier ? Oui ! D’abord en privilégiant un usage juste et approprié. Ne prenez pas ces médicaments sans prescription d’un professionnel de santé. Respectez la dose, la posologie, la durée de votre traitement et ne le partagez pas avec une autre personne.4

Et gardez en tête que les antibiotiques ce n’est pas automatique © !

Sources

1. No Time to Wait: Securing the future from drug-resistant infections. Report to the secretary-general of the united nations. Avril 2019. 

2. Tackling drug-resistant infections globally: final report and recommendations; May 2016. 

3. Improving Antibiotic Use. Material Developed by CDC Using CDC materials does not imply endorsement or recommendation by CDC, ATSDR, HHS or the United States Government

4. Taking your Antibiotics. Material Developed by CDC  Using CDC materials does not imply endorsement or recommendation by CDC, ATSDR, HHS or the United States Government 

en_view en_sources