TFI Adulte / Enfant

Les troubles fonctionnels intestinaux (TFI), la plus fréquente des affections intestinales, sont un ensemble de symptômes digestifs chroniques qui ne s’expliquent par aucune anomalie anatomique décelable.

Publié le 20 août 2020
Mis à jour le 19 avril 2022

A propos de cet article

Publié le 20 août 2020
Mis à jour le 19 avril 2022

Le syndrome de l’intestin irritable (SII), le plus courant des TFI

Les TFI englobent un ensemble de syndromes tels que le SII, la constipation, la diarrhée, les ballonnements fonctionnels et les TFI non spécifiques.

Le SII touche à lui seul 10% de la population et se démarque des autres TFI par une douleur abdominale, associée à une constipation, une diarrhée ou l'alternance des deux. Il s’accompagne souvent d’un ballonnement abdominal et d’un niveau de stress plus élevé que dans la population générale.

Le syndrome de l’intestin irritable (SII)

Le syndrome de l’intestin irritable (SII) est un trouble fonctionnel intestinal caractérisé par une douleur abdominale récurrente, associée à des modifications de la fréquence ou de la forme des selles, en l’absence de toute atteinte organique. En utilisant les critères ROME IV, le SII est classé en quatre sous-types :

  • SII avec constipation prédominante (SII-C),
  • SII avec diarrhée prédominante (SII-D),
  • SII mixte avec une alternance de diarrhée et de constipation (SII-M),
  • SII indéterminé (SII-I), qui ne répond pas aux critères de SII-C, D ou M2.

Les comorbidités psychiatriques, comme l’anxiété, la dépression et la somatisation, sont fréquentes chez les patients atteints de SII.

Les TFI n’épargnent pas les enfants

Chez les tous-petits, les TFI représentent la cause la plus fréquente de consultation en gastro-entérologie pédiatrique. On retrouve les coliques du nourrisson avec des troubles de régurgitations et de constipation, le SII, ainsi que d’autres troubles fonctionnels moins bien caractérisés. Douleurs au ventre, ballonnements, diarrhées, constipation sont fréquemment associés aux TFI et peuvent avoir des conséquences majeures sur la vie quotidienne de l’enfant. Le stress et l’anxiété peuvent ensuite favoriser ou entretenir certains symptômes et notamment les douleurs.

La communication entre l’intestin et le cerveau perturbée

Les causes du SII sont encore mal comprises. Le risque de développer un SII serait multiplié par cinq après une infection bactérienne causant une diarrhée aiguë. Un dysfonctionnement de la communication entre le cerveau et l’intestin en lien avec un déséquilibre de la flore intestinale est évoqué. Dans la plupart des cas, il a été observé une (sidenote: Dysbiose La « dysbiose » n’est pas un phénomène homogène : elle varie en fonction de l’état de santé de chaque individu. Elle est généralement définie comme une altération de la composition et du fonctionnement du microbiote, provoquée par un ensemble de facteurs environnementaux et liés à l’individu, qui perturbent l’écosystème microbien. Levy M, Kolodziejczyk AA, Thaiss CA, et al. Dysbiosis and the immune system. Nat Rev Immunol. 2017;17(4):219-232. ) des espèces bactériennes composant le microbiote, avec moins de bactéries favorables et plus de bactéries néfastes. Ces dysfonctionnements seraient à l’origine de troubles moteurs de l’intestin : le transit est ralenti, la barrière intestinale modifiée et une inflammation légère se développe. Ils entraînent une hypersensibilité de la muqueuse qui rend douloureux des phénomènes habituellement normaux comme les mouvements de gaz intestinaux.

Avez-vous déjà entendu parler de « dysbiose » ?

Il s’agit d’une rupture du délicat équilibre entre les milliards de microorganismes du microbiote et de ses bonnes relations avec notre corps.

Des données prometteuses pour les probiotiques

Pour l’adulte, les options thérapeutiques comprennent, en plus d’une alimentation controlée, les antispasmodiques, laxatifs ou antidiarrhéiques. Chez l’enfant on opte pour des techniques de relaxation et d’hypnose qui peuvent amener un soulagement des maux. Parfois des antispasmodiques peuvent être aussi prescrits. Pour agir sur le microbiote, des données prometteuses sont actuellement disponibles concernant des probiotiques, en particulier les (sidenote: Bifidobactéries Bactéries, en forme de batônnet, en Y. La plupart des espèces sont bénéfiques pour l’homme. Elles sont retrouvées dans les intestins de l’homme, mais également certains yaourts.  Ces bactéries :
- Protègent la barrière intestinale 
- Participent au développement du système immunitaire, aident à lutter contre l’inflammation 
-
Favorisent la digestion, améliorent les symptômes gastro intestinaux Sung V, D'Amico F, Cabana MD, et alLactobacillus reuteri to Treat Infant Colic: A Meta-analysis. Pediatrics. 2018 Jan;141(1):e20171811.  O'Callaghan A, van Sinderen D. Bifidobacteria and Their Role as Members of the Human Gut Microbiota. Front Microbiol. 2016 Jun 15;7:925. Ruiz L, Delgado S, Ruas-Madiedo P, et al. Bifidobacteria and Their Molecular Communication with the Immune System. Front Microbiol. 2017 Dec 4;8:2345.
)
et les (sidenote: Lactobacilles Bactérie en forme de batônnet, dont la caractéristique principale est de produire de l’acide lactique. C’est pour cela que l’on parle de « bactéries lactiques ».  Ces bactéries sont présentes chez l’homme au niveau des microbiotes oral, vaginal, intestinal, mais aussi sur les plantes ou chez les animaux. On peut les consommer dans les produits fermentés : produits laitiers comme certains fromages et yaourts, mais aussi des d’autres types d’aliments fermentés : les cornichons, la choucroute etc.. Les lactobacillus sont aussi consommés dans les probiotiques, certaines espèces étant reconnues pour leurs propriétés bénéfiques.     W. H. Holzapfel et B. J. Wood, The Genera of Lactic Acid Bacteria, 2, Springer-Verlag, 1st ed. 1995 (2012), 411 p. « The genus Lactobacillus par W. P. Hammes, R. F. Vogel Tannock GW. A special fondness for lactobacilli. Appl Environ Microbiol. 2004 Jun;70(6):3189-94. Smith TJ, Rigassio-Radler D, Denmark R, et al. Effect of Lactobacillus rhamnosus LGG® and Bifidobacterium animalis ssp. lactis BB-12® on health-related quality of life in college students affected by upper respiratory infections. Br J Nutr. 2013 Jun;109(11):1999-2007. ) ainsi que la transplantation fécale. Néanmoins, des essais cliniques à grande échelle doivent encore être menés pour confirmer chacune de ces options.

Le microbiote intestinal

En savoir plus

Vous souhaitez contacter une association de patients?

Découvrez l'APSSII

L'Association des Patients Souffrant du Syndrome de l'Intestin Irritable

L'association peut être contactée par mail à [email protected] ou par téléphone au 07 83 25 82 60

Sources

 

 

en_view en_sources